wp18c97835.png
wp1bd908dd.png
wp1bd908dd.png
wpd82a80f2.png
wpc9045ca1.gif
J’ai un problème
« urinaire » ou « sexuel »
wpb03f7a98.png
wp13384fe1.png
wp1bd908dd.png
J’urine du sang

Uriner du sang est un signe qui ne doit jamais être pris à la légère.

Les maladies possibles sont :

- un traumatisme de l’urètre ou du rein après un accident

- une tumeur du rein, ou de la voie urinaire (tumeur de vessie)

J’ai des difficultés à uriner

Il s’agit de la nécessiter de pousser pour uriner pouvant aller jusqu’à un blocage complet (rétention d’urine qui impose d’aller rapidement aux urgences d’un hôpital ) ; cela touche surtout les hommes à cause de la prostate).

Les maladies possibles sont :

- une sténose de l’urètre

- une maladie neurologique

- des médicaments bloquant la vessie (psychotropes, ...)

- une fécalome (constipation complète avec blocage des matières dans le rectum) chez les personnes âgées

J’ai des brûlures quand j’urine

Ce signe impose une consultation rapide chez un médecin. Accompagnés de fièvre, il impose une prise en charge en urgence.

Les maladies possibles sont surtout liées à une infection :

- une cystite ou infection des urines de la vessie chez la femme

- une prostatite chez l’homme

- une pyélonéphrite quelque soit le sexe

- une urétrite chez l’homme

J’urine trop souvent

Parfois lié à des boissons trop abondantes, le stress, le froid, ce signe doit d’autant plus inquiéter qu’il est récent.

Les maladies possibles sont :

- une maladie non urologique (hypertension artérielle, diabète, ....)

J’ai mal « au reins »
Je n’arrive pas à retenir mes urines
J’ai une érection trop faible
J’ai une « boule » au testicule ou une grosse bourse

On parle alors d’incontinence

Certaines causes sont communes aux 2 sexes (tumeur de vessie)

D’autres causes sont différentes selon le sexe :

- l’incontinence d’effort (forme la plus fréquente)  : petites fuites urinaire survenant  à la toux, au rire, aux éternuements, à la course à pieds.

- l’incontinence par impériosité (encore appelé urgenturie) :  envie pressante  que l’on ne peut retenir.

- l’incontinence mixte : association des 2 mécanismes ;

Les pertes urinaires surviennent jour et nuit en dehors de tout besoin ou effort.

- l’incontinence totale : la fuite est constante sans miction (est le plus souvent  due à un sphincter déficient ou une fistule vésico-vaginale).

Une consultation avec un urologue est souvent nécessaire.

Celui-ci vous proposera peut être une cystoscopie ou un bilan urodynamique

La présence d’une masse au testicule ne doit jamais être négligée.

Parfois toute la bourse est augmentée de volume.

Les maladies possibles sont :

- une orchi-épididymite (infection du testicule)

Le testicule s’est globalement enflée rapidement ; il est douloureux

Il existe souvent de la fièvre et parfois une infection associée de l’urètre qui entraîne des brûlures mictionnelles

Il faut consulter en urgence car un traitement antibiotique est nécessaire

- l’incontinence avec impériosité

Il s’agit d’envies pressante et fréquentes liées à une atteinte vésicale ou de la prostate.

- l’incontinence par regorgement

La vessie ne se vide pas correctement car il existe un obstacle chronique à la miction. Les fuites sont liées au « trop plein » et à l’hyperpression vésicale.

- l’incontinence post traumatique ou post opératoire

Il existe un contexte de lésion du sphincter strié de l’urètre.

La difficulté à uriner doit vous inciter à consulter rapidement,

en urgence si l’impossibilité est totale et/ou associée à de la fièvre

- une tumeur du testicule

Le testicule présente une petite masse souvent peu douloureuse et dure, d’apparition progressive.  Parfois il existe une grosse bourse depuis quelques temps et bien supportée.

Cela ne doit pas être négligé, il faut consulter rapidement un médecin.

- un kyste épididymaire

Le testicule présente une petite masse le plus souvent insensible et situé sur la partie haute du testicule. Bien que sans danger et ne nécessitant aucun traitement, il est nécessaire de le montrer à un médecin (confusion possible avec un nodule cancéreux)

Les douleurs des « reins » sont rarement d’origine rénale mais le plus souvent liées à un lumbago ou un problème sur la colonne vertébrale.

Néanmoins, les maladies possibles sont :

- une pyélonéphrite (infection du rein)

La présence de fièvre permet le diagnostic

Il faut consulter en urgence car un traitement antibiotique est nécessaire

- une hernie digestive qui descend dans la bourse

La bourse se retrouve plus ou moins occupée par du tube digestif ; la station debout et la toux augmente le volume de la bourse ; à la palpation, la tuméfaction peut être refoulée (hernie réductible). Il faudra consulter un chirurgien pour décider d’une intervention car il existe un risque d’étranglement à plus ou moins terme.

- des calculs rénaux

La présence de calculs dans les cavités rénales est le plus souvent bien supportée ; néanmoins des douleurs fluctuantes sont possibles.

Une radiographie simple et une échographie des voies urinaires, parfois un scanner, permettent en général faire le diagnostique.

Au maximum, le calcul peut déclencher une colique néphrétique et qui nécessite alors un traitement rapide et parfois une consultation dans un service d’urgence.

- une hydrocèle

La bourse est globalement augmentée de volume, parfois très volumineuse mais souvent bien supportée mais pas douloureuse. Bien que que sans danger, il est nécessaire de le montrer à un médecin (pour éliminer un cancer sous jacent)

Chez la femme, on distingue 4 types d’incontinence :

Chez l’homme, on peut distinguer  :

Le dysfontionnement érectile, encore appelé impuissance est l’impossibilité complète ou partielle d’avoir, sous l’effet du désir, une rigidité suffisante et soutenue permettant une pénétration satisfaisante ...

L’origine est souvent multifactorielle avec intrication de facteurs relationnels, psychologique, organique et iatrogène (effets secondaires de traitement  chirurgicaux ou médicax).

N’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant, il pourra :

    - rechercher une cause organique (diabète, athériosclérose, déficit hormonal, ...)

    - vous proposez des traitements

J’ai une éjaculation précoce, prématurée, trop rapide

Ejaculation survenant moins d’une minute après le début d’un rapporrt sexuel.

C’est une éjaculation « réflexe » intriquant des facteurs psychologiques et biologiques

N’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant car des traitements sont possibles

wp00a7b4f5.png